Le repérage d’un usage de substance psychoactive n’est pas une démarche d’« étiquetage » ou de contrôle. Il se distingue du dépistage d’une maladie quelconque, tant les enjeux sociaux sont différents.

Il s’agit avant tout de favoriser l’accès à une évaluation pour les usagers, en particulier les plus en situation de risque. Et pour ce faire, de développer la participation et la bienveillance de l’entourage, notamment des adultes envers les jeunes en situation de vulnérabilité.

Cette démarche de repérage repose avant tout sur l’établissement d’un dialogue, y compris individuel, entre l’usager et son environnement naturel, afin d’aider celui-ci à identifier les signaux d’alerte et à s’intéresser aux pratiques à risques, et de permettre l’accès à une évaluation plus approfondie pour les usagers qui en ont besoin. Le repérage est une intervention qui peut être réalisée par l’ensemble des professionnels de santé et médico-sociaux.

Si l’usage s’avère problématique, le repérage nécessite une évaluation complémentaire qui pourra être réalisée par des professionnels spécialisés en addictologie dans les CSAPA, les Consultations Jeunes Consommateurs ou les consultations d’addictologie à l’hôpital.

cannabis_petitCANNABIS
Le repérage au cœur d’enjeux sociaux forts

L’usage de cannabis est une pratique illicite qui reste stigmatisée socialement. Son repérage peut déboucher sur des contre-réactions sociales, pouvant aller du rejet familial ou scolaire à l’exclusion de certaines professions ou à des sanctions pénales. Cette question fondamentale renvoie à la tension possible entre les éventuelles attentes du patient et celles de sa famille ou de la société. La notion même de repérage traduit bien la nature externe d’un processus visant à identifier un ou des membres atypiques au sein d’un ensemble.

Dans le domaine médical, cette sélection vise à être en mesure de soigner des patients ignorant parfois l’existence de leur trouble. À la différence d’un malade qui ignore l’existence ou la nature exacte de sa maladie, le consommateur de cannabis ne peut ignorer qu’il est… consommateur de cannabis ; mais il ne le vit pas forcément comme un problème. Pour les raisons sociétales précédemment évoquées, il n’a pas nécessairement envie que cela se sache, ni donc d’être « repéré » par ses parents, son conjoint, ses professeurs, son employeur ou la police.

 

Santé
de Ville

Santé
au Travail

Santé
Scolaire

Milieu
Hospitalier

Restez informés

Inscrivez-vous pour être prévenus en avant-première de nos mises à jour