Le produit

Le tabac est un produit psychoactif manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun, une espèce originaire d’Amérique centrale. L’usage du tabac est largement répandu dans le monde entier à la suite de la découverte de l’Amérique. Sa commercialisation est le plus souvent un monopole d’État et sa vente généralement soumise à de lourdes taxes comme en France.

Le tabac contient de la nicotine, un stimulant du système nerveux central comme la cocaïne, les amphétamines, la caféine ou encore le khat. Dans les cigarettes manufacturées, il est associé à de nombreux produits chimiques et additifs associés au moment de la fabrication.

Modalités d’usage

Le tabac peut se fumer (tabac à pipe, à rouler, cigarettes, cigares), être inhalé en prise nasale (tabac à priser) ou mâché (tabac à chiquer). Aujourd’hui, c’est sous la forme cigarette qu’il est le plus consommé. Il peut également être associé au cannabis sous forme de joint. La combustion de la feuille de tabac crée de nouveaux composants (monoxyde de carbone, goudrons…), nocifs pour la santé.

Les effets

L’effet de la nicotine sur le cerveau peut être calmant ou excitant selon l’état d’esprit du fumeur et la quantité de nicotine absorbée.

La fumée de cigarette est acide et absorbée par les poumons, alors que la fumée de pipe et de cigare est alcaline et la nicotine est absorbée par la bouche. L’effet de la nicotine au niveau de l’organisme se produit rapidement (en une dizaine de secondes) et dure environ 20 à 40 minutes. Le produit se déplace rapidement dans le sang vers le cerveau et les autres organes du corps.

Les réactions physiologiques immédiates sont :
* une augmentation aiguë du rythme cardiaque et de la tension artérielle;
* une constriction des vaisseaux sanguins et une chute de température dans les mains et les pieds;
* une modification des ondes cérébrales et une relaxation des muscles.

Les risques

Le tabac est fortement addictif et la dépendance s’installe rapidement (en quelques semaines). Les composants agissent en particulier sur la fonction vasculaire, la fonction respiratoire et la fonction digestive. Le tabac limite l’apport d’oxygène au cerveau et aux muscles. Il est responsable de maux de tête, de vertiges et d’une diminution de la résistance à l’exercice.

La dépendance est confirmée chez la plupart des fumeurs, avec une sensation de manque à l’arrêt (tension, nervosité, irritabilité, angoisse voir dépression).

Cancer

Le tabac aggrave les risques de développer un cancer. La fumée et les produits cancérigènes provenant de la combustion se déposent dans une grande partie des organes, par l’intermédiaire de l’inspiration et des poumons ou de la salive. Les voies digestives, la vessie, les poumons, la langue, et la gorge sont particulièrement atteints. 50% des cancers de la vessie sont liés au tabac. Un cancer sur trois est provoqué par le tabagisme. Plus de 85% des cas de cancer du poumon sont liés au tabagisme actif et 5% au tabagisme passif.

L’intensité du risque dépend principalement du nombre d’années d’exposition, mais aussi du nombre de cigarettes fumées et de l’inhalation. Le tabac blond atteint plus profondément les petites voies aériennes déclenchant une forme de cancer plus sévère.

Maladies cardiovasculaires

Le tabagisme est un des principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires : infarctus du myocarde, hypertension artérielle, artérite des membres inférieurs, accident vasculaire, impuissance, thrombose sont aggravés chez les fumeurs.

Allergies

Le tabac augmente le risque de rhinite et de conjonctivite allergique en raison de son rôle irritant. Il aggrave et déclenche des manifestations allergiques. Les allergiques sont d’ailleurs souvent davantage gênés en présence de fumeurs. Le tabac ne déclenche pas d’allergies, sauf exceptionnellement chez certaines personnes travaillant dans des manufactures de tabac, mais se comporte comme un amplificateur puissant des réactions allergiques.

Asthme et bronchite chronique

Le tabagisme est la première cause des maladies de l’appareil respiratoire telles que la bronchite chronique et l’asthme. Le goudron provenant de la fumée de cigarette altère les cils des parois des voies respiratoires.

Affections ORL

Les infections ORL concernant le nez, la gorge et les oreilles sont plus fréquentes chez les fumeurs. Les fumeurs présentent davantage d’angines, de rhinopharyngites, de laryngites ou d’otites. La voix rocailleuse est reconnaissable chez les grands fumeurs.

Autres risques

Le tabac favorise l’apparition de rides en raison d’un effet de dégradation des fibres élastiques de la peau. Le teint moins éclatant, cireux, un peu grisâtre est rapidement réversible après l’arrêt du tabac. Il peut également causer la mauvaise haleine, le jaunissement des dents et une moins bonne cicatrisation générale des plaies.

Santé
de Ville

Santé
au Travail

Santé
Scolaire

Milieu
Hospitalier

Restez informés

Inscrivez-vous pour être prévenus en avant-première de nos mises à jour