Santé
scolaire

L’infirmier scolaire : un partenaire clé de la Consultation Jeunes Consommateurs

SYNOPSIS
Léa, 16 ans, élève de seconde, se rend à l’infirmerie du lycée pour fatigue et maux de ventre.

Produit par Ronron Production
Plus d’informations : infos@intervenir-addictions.fr

Fatigue et maux de ventre… mais encore ?

C’est la 3ème fois ce trimestre qu’une lycéenne de 16 ans, se rend à l’infirmerie du lycée pour fatigue et maux de ventre. Ce film montre la complexité du contexte d’intervention de l’infirmier(e) scolaire, fonction soignante au cœur d’une institution dont ce n’est pas la mission.

Dans un premier temps, l’infirmier scolaire accueille, installe, écoute, et observe ce que la lycéenne donne à voir de sa fatigue et de sa douleur. Il est attentif à l’historique des passages à l’infirmerie et aux symptômes évoqués. Il décide de prendre le temps d’explorer en premier son mode de vie et son environnement.

Il lui faut la mettre en confiance et créer une alliance avec elle, préalable indispensable à l’accompagnement autour des conduites addictives. Pour ce faire, il utilise des approches et des techniques d’entretien éprouvées, en particulier l’écoute active, l’approche expérientielle et l’entretien motivationnel. Ces méthodes consistent, à travers une approche empathique, à valoriser l’expression et le vécu que le jeune a de ses consommations, en évitant tout jugement et en l’aidant à trouver ses propres solutions.

L’infirmier a repéré que ce qui préoccupe cette lycéenne et le lien avec ses consommations. Il l’amène à faire ce lien, ce qui est une première étape importante, et à faire émerger l’ambivalence de ses consommations.

Dans un second temps, l’infirmier présente la CJC. Face aux craintes liées à ses représentations, il prend soin d’éviter de parler d’addictions, de dépendance ou de soins, mais parle d’un lieu où faire le point librement sans crainte d’être jugée.  Surtout, il connaît bien la CJC, ce qu’elle propose et les professionnels qui y travaillent. Il peut donc orienter la personne en toute confiance, et elle se sent rassurée. Il pourra aussi décider d’aller plus loin dans l’exploration, en évaluant par exemple le niveau d’usage grâce à des questionnaires adaptés.

Le travail en CJC repose sur la même approche utilisée ici par l’infirmier: d’abord faire connaissance, s’assurer que la personne est d’accord pour être là, puis, essayer de comprendre ce qui lui pose problème, et la place et la fonction que prennent ses consommations aujourd’hui. L’infirmier reste un interlocuteur central mais ne sera informé du suivi par l’équipe de la CJC qu’à titre exceptionnel, si la personne en fait la demande. Pour autant, il reste disponible en programmant avec elle un prochain rendez-vous et en assurant si nécessaire l’interface avec l’équipe pédagogique du lycée.

Santé
de Ville

Santé
au Travail

Santé
Scolaire

Milieu
Hospitalier

Restez informés

Inscrivez-vous pour être prévenus en avant-première de nos mises à jour